Clenardu

De Wikipedia
Saltar a navegación Saltar a la gueta
Clenardo
ClenarduPicto infobox character.png
Cleynaerts3.jpg
Vida
Nacimientu Diest Traducir5  d'avientu[[(Gregorianu)]]
Nacionalidá Bandera de Bélxica Bélxica
Fallecimientu

Alhambra1542 [[(Gregorianu)]]

(48/49 años)
Estudios
Estudios Studium Generale Lovaniense Traducir
Direutor/a de tesis Jacobus Latomus Traducir
Direutor/a de tesis de Johannes Sturm Traducir
Llingües llatín
Alumnu/a de Adrianus Barlandus Traducir
Oficiu
Oficiu lexicógrafu, escritor y orientalista
Emplegadores Universidá de Salamanca
Cambiar los datos en Wikidata

Nicolaes Cleynaerts, llatinizáu Clenardus, d'ehí Clenardu[1] y francesáu Clenard (Diest, ducáu de Brabante, 5 d'avientu de 1495 – Granada, 1542), foi un gramáticu y viaxeru flamencu. De formación llatinista, helenista y hebraísta, convertir en arabista de forma cuasi autodidacta, impulsáu por una visión universalista de los ideales del humanismu renacentista que lu llevaron a intentar la conversión pacífica de los musulmanes por aciu el diálogu cola so cultura.

Enseñaba por aciu el métodu de conversación, y caltuvo un principiu propiu de la pedagoxía moderna: que l'estudiante nun tien de complicar se con regles trabayoses hasta que llograra una abonda competencia d'usu de la llingua que deseya aprender.[2] Redactó manuales de gramática griega y hebrea pa simplificar les dificultaes del aprendizaxe d'eses llingües. Publicó delles obres en Lovaina: Tabulae in grammaticen hebraeam (1529), Institutiones in linguam graecam (1530), y Meditationes graecanicae (1531). Les Institutiones y les Meditationes fueron reeditaes delles vegaes (conxuntamente como Institutiones ac meditationes in graecam linguam) y amenaron munchos comentarios; según la so correspondencia, editada póstumamente nun Epistolarum, na que narra les sos esperiencies en Francia, España, Portugal y Marruecos.[3]

Lovaina y París[editar | editar la fonte]

Educáu na Universidá de Lovaina, en que'l so Paedagogium Porci[4] matriculóse'l 31 d'agostu de 1512, foi alumnu de Jacobus Latomus[5] (teoloxía), d'Adrianus Barlandus[6] y de Rutgerus Rescius[7] (griegu), del Colexu de Busleiden o Collegium Trilingue,[8] fundáu so los ideales humanísticos d'Erasmo. Mientres diez años foi presidente del Colexu de Houterlé, y enseñó llatín, griegu y hebréu. En 1527 graduóse en teoloxía y ordenóse sacerdote.[9]

Por influencia de Juan Luis Vives, y considerando rematada la so carrera en Lovaina, concibió'l proyeutu de lleer el Corán y establecer una conexón ente l'hebréu y la llingua árabe. La conocencia rudimentaria d'esta llingua llograr por sigo mesmu, gracies al Psalterio de Nebio (Psalterium octuplex o Psalterium Hebraeum, Graecum, Arabicum et Chaldeum cum tribus Latinis interpretationibus et glosis, d'Agostino Giustiniani, Xénova, 1516),[10] sobre'l qu'apriende les lletres árabes y descompon les pallabres que la formen, formándose un diccionariu.[11] Estos estudios conduciéronlu a plantegar la posibilidá de la evanxelización de los árabes al traviés del estudiu de la so llingua, lo que llevaría a vencer al Islam per medios pacíficos. Con esi propósitu abandonó la so universidá y treslladóse en primer llugar a la Universidá de París (1530),[12] onde conoz a Guillaume Budé.

Salamanca[editar | editar la fonte]

De vuelta en Lovaina, l'humanista portugués André de Resende apurrió-y la posibilidá d'acompañar a Fernando Colón (fíu del descubridor, que la so selecta comitiva d'humanistes flamencos y franceses foi encargada d'axuntar una peramplia biblioteca), con quien entamó en 1532 un viaxe a España[13] (que'l so rei yera'l tamién flamencu Carlos de Gante -Carlos I d'España y emperador Carlos V-).

Llegáu a Salamanca, Clenardus enseñó de volao llatín y griegu en la so universidá. La fecha de la so toma de posesión ye'l 5 de payares de 1533. Antes d'exercer como profesor universitariu, tuviera un tiempu como preceptor de Luis de Toledo, fíu del virréi de Nápoles Pedro de Toledo, de la Casa d'Alba, puestu al que-y encamentó Juan Álvarez y Alva de Toledo (de la mesma casa nobiliaria, y profesor de filosofía y teoloxía en Salamanca, cargu al que sumaba'l d'obispu de Córdoba).[14]

Clenardus integrar nel círculu de Francisco de Vitoria, xuntu con Martín de Azpilicueta, Andrés de Vega, Francisco del Castillo, Hernán Núñez de Guzmán y Juan Martínez Xilizu; a quien darréu encamentó al tamién flamencu Juan Vaseo (Johannes Vassaeus o Jean Vasée, con quien compartiera'l viaxe de Lovaina a Salamanca, pero que siguiera al serviciu de Fernando Colón como bibliotecariu en Sevilla).[15] Ente los estudiantes que pudieron asistir a les sos clases tuvo Diego de Covarrubias.

Lisboa, Braga y Évora[editar | editar la fonte]

Al poco tiempu (quiciabes namái exerció doce díes)[16] foi llamáu a la corte del reinu de Portugal, onde pasó cinco años como tutor de Dom Henrique (hermanu de Xuan III de Portugal y darréu rei él mesmu), al que preparó pa ocupar el so cargu como obispu de Braga. N'esa ciudá Clenardus fundó una escuela humanística. Tamién enseñó en Évora, onde darréu (1559) fundós'una universidá xesuítica.[17] La so influencia nel mundu intelectual portugués foi duradera: en 1547 fundar en Universidá de Coimbra un Colexu d'Artes siguiendo'l modelu lovaniense del Trilingue qu'él había prestigiado. La so rellación colos humanistes portugueses empecipiárase yá en Lovaina, onde conoció a André de Resende,[18] que foi quien lu convidó a treslladase a Lisboa en 1534.[19]

El nuevu rector de la Universidá de Salamanca, Leopoldo d'Austria, tíu de Carlos V, intentó recuperar a Clenardu pa una cátedra trillingüe, qu'incluyera l'árabe, un yá que s'atopaba vacante dende tiempu inmemorial por falta de persona capacitada pa ello. A pesar de lo curioso de la ufierta, Clenardu nun aceptó. Sacante pola presencia en Salamanca d'un bon númberu d'amigos (ente ellos el so compatriota Vaseo, al que terminó llamando a Portugal), la vida universitaria salmantina nun lu traía bonos alcordances, ente ellos el costume de tar al poste dempués de terminar la lleición p'aguantar les impertinentes entrugues de los discípulos.[20]

Granada y Fez[editar | editar la fonte]

De vuelta a la Corona de Castiella, treslladóse a Granada. Tuvo ocasión de visitar la biblioteca que formara Fernando Colón nel so palaciu de Sevilla.[21]

Foi patrocináu por Luis Hurtado de Mendoza, marqués de Mondéjar, gobernador xeneral del reinu de Granada. Ellí, con ayuda d'un "esclavu moru", llogró un primer aproximamientu a la rellación que deseyaba cola llingua árabe falada. Nun paez que fuera unu de los moriscos locales, sinón un esclavu mercáu n'Almería, que fuera alfaquí.[22]

En devanéu trató de llograr accesu a los manuscritos árabes en poder de la Inquisición española, y finalmente, en 1540, decidió viaxar al norte d'África. Dende Xibraltar pasó a Ceuta, y dellí a Fez, daquella un centru intelectual árabe de prestíu. Ellí pasó quince meses de privación y sufrimientu, tres los que volvió a Granada, onde morrió na seronda de 1542. Soterróse-y na Alhambra.

Repercusión[editar | editar la fonte]

Caltuvo correspondencia en llatín colos sos amigos flamencos: Nicolai Clenardi, Peregrinationum ac de rebus machometicis epistolae elegantissimae (Lovaina, 1550), editáu de forma más completa como Nic. Clenardi Epistolarum libri duo (Amberes, 1566), de la casa de Plantin; tamién Victor Chauvin y Alphonse Roersch, "Etude sur la vie et les travaux de Nicolas Clenard" en Mémoires couronnes (vol. lx., 1900–1901) de la Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique,[23] contién gran cantidá d'información sobre Cleynaerts y una estensa bibliografía de la so obra, con noticia de les sos primeros comentaristes.[24]

La so peripecia vital foi comparada a la de Raimundo Lulio. El lema llatín que lu celebra nuna estatua de la so ciudá natal diz: Verbu non gladio xentes Llabrabes convertere ad Christianam fidem nisus est ("Cola pallabra, non cola espada, esforciar por convertir a les xentes árabes a la cristiana fe").[25] Tamién en Diest, esiste una seición de la Universidá de Lovaina (Katholieke Hogeschool Leuven) que lleva'l nome de Campus Clenardus.[26] Una de les asociaciones d'estudiantes de dicha universidá lleva tamién el nome Clenardus, y utiliza la figura de la so semeya como símbolu.[27]

Paulus Colomesius (Paul Colomiès, llibreru hugonote -1638–1692-, autor de Gallia Orientalis, un diccionariu biográficu d'hebraístes cristianos franceses,[28] citáu por Gregorio Mayans nos sos comentarios a les obres completes de Juan Luis Vives) describe l'aveséu ánimu d'un fragmentu de la carta del 4 d'avientu de 1540 que Clenardus escribe dende Fez (in urbe Fessa, in cujus gymnasio linguae Arabicae operam dabat) al obispu Joanni Petito (Juan Parvo): el so mentor infórmalu de que los Coloquios d'Erasmo tán siendo quemaos y de que Luis Vives morrió; poca esperanza quéda-y de qu'el so proyeutu col Corán tenga bona acoyida:

Scripsit manera ad me Marchio Granatensis [Luis Hurtado de Mendoza] Colloquia Erasmi ignibus destinata esse; Periclitari etiam Vivem; ¿Inquiz me futurum censes ubi nomen Alcorani audiverint?[29]

Isaac Bullart dedíca-y una amplia y emponderadora biografía, qu'inclúi un grabáu cola so efixe, en Académie des sciences et des arts contenant les vies et les éloges historiques des hommes illustres qui ont excéllé dans ces professions depuis environ quatre siècles (1682), destacando'l so arrenunciu a una vida acomodada pa satisfaer la so molición intelectual y espiritual:

...un de ces genies qui ne semblent formez que pour se faire admirer dans les contrées ou leur nom est a peñe connu (...)

-y docte Clenard eut quelque peñe a quitter son estude pour suivre un train de vie si contraire a son humeur Flamande, sincere et incapaible des déguisements de la Cour (...) "...l'estude se reffroidissant a mesure qu'on s'échauffe à l'adquisition de richesses (...) apprendre dans un pelegrinage continuel que -y Ciel est nostre veritable patrie (...) riche ou pauvre, parmy les Estrangers ou chez luy, il luy fist la grace de vivre dans l'innocence et de ne pas violer la suffisance evangelique [il la nomme ἀυταρχυαγ -sic, quiciabes αὐτάρκεια autarquía-] par les mouvements qui porten la nature à la corruption et au vice".[30]

Nicolás Antonio acutó-y una entrada ente'l escritores españoles nel so Bibliotheca Hispana nova (1696):

NICOLAUS CLENARDUS, vulgo CLEYNARTS, Brabantus, Diestemius, linguarum Latinæ, Græcæ, Hebraicæ & Arabicæ peritissimus, cum post Lovaniensem & Parisiensem possesionem addiscendæ linguæ Arabicæ gratia in Hispaniam una cum Joane Vasæo se contulisset, indeque non vulgari hujus sermonis cognitione contentus majoris & perfectioris notitiæ studio in Africam trajecisset, laudabíli admodum desiderio æstuans scribendi adversus Alcorani errores Arabica, hoc est, patria Maurorum lingua, tandem ex Hispania, quo jam redierat, in Belgium summ cogitans, Granatae moritur anno MDLII aetatis la soæ XLVI. Epistolis quibusdam relictis, unde hæc de peregrinatione ac proposito ejus novimus, atque item Grammaticis, Hebræa, Græca, Arabica.[31]

Feijoo, nel so Teatru Críticu Universal (1726), recueye una curtia referencia a esti autor, basada na comparanza de diverses fontes:

Pasando a la África'l sabiu Flamencu Nicolás Clenardo, col motivu d'aprender la llingua Arábiga, detúvose dos años nel Reinu de Fez, d'onde escribió delles vegaes a los sos amigos, que nunca topara estancia tan prestosa pal so xeniu; y esto namái porque naquel Reinu nun había l'ensame de lleis, y prolijidad de pleitos que n'Europa: terminándose nun momentu, y verbalmente cualesquier estrema pol Maxistráu; lo que yera bien del gustu de Clenardo, que tarrecía con estremu los cuasi interminables circuitos de los procesos qu'hai nos nuesos Tribunales. Cúntalo George Paschio nel so llibru de Novis inventis. Anque nun ye verdá lo que diz, de que namái por esi motivu desterrar de la so patria, y pasó a Fez: pos por otros munchu Autores consta, que vieno a España d'intentu, onde dempués d'enseñar dalgún tiempu les Llingües na Universidá de Salamanca, pasó a la Corte de Lisboa por Ayo del Príncipe de Portugal, hermanu del Rei D. Juan l'III.[32]

Referencies[editar | editar la fonte]

...al maestru Clenardo 40.000 maravedís y a Juan Hernández 30.000 maravedís. (...) Y depués los dichos señores rector y consiliario señalaron hores en que'l dichu Clenardo llea les lleiciones que la Universidá mandó-y de nueve a diez nel xeneral de Decretu, lleición de griegu, y a la tarde de dos a trés que llea llatín nel xeneral grande de les Escueles menores de lóxica y que nun llea otru nengunu.

Obres de Clenardus[editar | editar la fonte]

Institutiones[editar | editar la fonte]

Epistolarum[editar | editar la fonte]

Estudios sobre Clenardus[editar | editar la fonte]

Referencies a Clenardus n'otros estudios[editar | editar la fonte]

Semeyes de Clenardus[editar | editar la fonte]

  • Grabáu anónimu: Nicolaus Clenardus Distemius Brabantus, fecháu poles sos carauterístiques formales ente 1560 y 1590.[37]
  • Grabáu d'Esme de Boulonois, na obra d'Isaac Bullart Académie des Sciences et des Arts, 1682.[38] Bien similar al anterior.
  • Estatua de bronce, de Wim Van Petegem, na ciudá de Diest.[39] El so estilu ye propiu de la escultura contemporánea (sieglu XX).

Notes[editar | editar la fonte]

  1. Tantu en castellán como en portugués. Nicolau Clenardo en Infopedia - Enciclopedia y Diccionários Porto Editora
  2. ... el métodu que naquél tiempu Clenardo propunxera en Portugal y qu'aplicara con ésitu en Évora y dempués en Braga: enseñar la llingua llatina como una llingua viva y con un procedimientu gradual, d'una forma ameno y fayadizo a la edá infantil (María Regla Prieto Corbalán, Introducción al Epistolariu llatín de Luisa Sigea, Akal, 2007, ISBN 844602280X, pg. 57).
  3. 1911 Edition of the Encyclopedia Britannica
  4. fr:Pédagogie du Porc
  5. Kawerau, G. (1910). "Latomus, Jacobus (Jacques Masson)". The New Schaff-Herzog Encyclopedia of Religious Knowledge. Funk and Wagnalls. pp. 420–421. Retrieved 2008-02-21. Heribert Smolinsky (1992). Bautz, Traugott. ed (in German). Jacobus Latomus. Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL). 4. Herzberg. cols. 1219–1221. ISBN 3-88309-038-7. Fonte citada en en:Jacobus Latomus.
  6. Rose, Hugh James (1857). A New Xeneral Biographical Dictionary, London: B. Fellowes et al. Fonte citada en en:Adrianus Barlandus
  7. Bietenholz, op. cit.. Fonte citada en it:Rutgerus Rescius.
    • Félix Nève, Mémoire historique et littéraire sur le Collége (sic) des Trois-Langues à l'Université de Louvain, M. Hayez, Brussels, 1856.
    • Henry de Vocht, History of the foundation and the rise of the Collegium Trilingue Lovaniense, 1517-1550, in Humanistica Lovaniensia, nᵘ 10-13, 1951-1955.
    • Henry de Vocht, -yos Débuts du Collège Trilingue de Louvain, 1517-1550, Uytspruyt, Louvain, 1958.
    Fuentes citaes en en:Collegium Trilingue
  8. Joseph Klucas, op. cit.
  9. Reiffenberg, op. cit., pg. 87
  10. Nicolas Cleynaerts en Imago Mundi.
    • En Lovaina contrata los servicios de Nicolás Clenardo, conocíu llatinista y grecista belga, que-y fuera encamentáu pol arqueólogu y humanista portugués André de Resende. Tamién emplega a Juan Vaseo y al borgoñón Johannes Harmonius, doctor en lleis, como collaboradores na llibrería de Sevilla y compañeros d'estudiu. Xuntos crucien Francia a uña de caballu nun accidentáu viaxe, non carente d'episodios tráxicu-cómicos que'l parllador Clenardo refier con singular gracia nes sos cartes. Clenardo va quedar en Salamanca en pos de la so gran ilusión: estudiar árabe n'España. Vaseo, sicasí, va desempeñar mientres dalgún tiempu les funciones de bibliotecariu en Sevilla, pero puestu desesperáu y mináu pol clima tropical d'Andalucía (“desperatus iacuit, adeo illic omnia feruent in Betica et calida non placebat Hispalis”). Harmonius muerre d'un accesu de fiebre (“periit correptus phrenesi"), como escribe Clenardo a Jacobus Latomus en 1533, y unu de los criaos que con ellos vieno dende Flandes “submersus est in Betico flumine". (Wagner, 2000, op. cit.)
    • El fíu bibliófilu de Colón ver na necesidá de contratar personal especializáu y en 1530 contrató a dellos maestros bibliotecarios a los que pagaba generosamente. Los más famosos fueron Nicolás Clenardo, Juan Vaseo y Juan Amonio, humanistes flamencos los dos primeros y francés el terceru. Los cuatro viaxaron per España y otros países mercando los llibros más interesantes que salíen de les imprentes. N'España siguieron allá una vegada la ruta Vitoria, Burgos, Valladolid -onde tuvieron diez díes- Medina del Campo y Salamanca. Por cierto que Nicolás Clenardo y Juan Vaseo llegaron a venceyase a la Universidá de Salamanca na que dexaron buelga de les sos conocencies y siguieron mercando llibros pa la biblioteca. (José Delfín, El fíu bibliófilu de Cristóbal Colón llogró formar una biblioteca con más de 15.000 llibros, n'El Mundo, 13/10/2008).
  11. Michaud, op. cit. Imago mundi, web cit., da'l nome de "Luis" pal alumnu, pero noma al so padre como "duque d'Alba" anque en realidá namái yera'l fíu segundu del duque entós titular: Fadrique Álvarez de Toledo y Enríquez.
  12. Francisco Javier Lorenzo Pinar, Tolerancia y fundamentalismos na hestoria, Universidá de Salamanca, 2007, ISBN 8478003584, pg. 101 (da 1531 como fecha de llegada de Clenardus a Salamanca). Pa Juan Vaseo, autor d'unes Chronici rerum memorabilium Hispaniae (1552), vease A. Huarte Echenique, Apuntes pa la biografía del maestru Juan Vaseo en Revista d'Archivos, Biblioteques y Museos nos. 10, 11 y 12, Madrid, 1919., pp. 519-535. Gregorio Mayans (Carta a Francisco Lasso de la Vega sobre'l parentescu de san Leandro con Recaredo, 14 de febreru de 1750) diz d'esti autor:

    Juan Vaseo, que foi'l primeru que escrivió de les coses d'España viendo i desfrutando les fontes d'elles, in Chronico Rerum memorabilium Hispaniae, que publicó en Salamanca añu 1552, tratando de les coses del añu 567, esplicóse de cuenta que, pa quien entienda la so manera de escrivir, claramente estremó les noticies verdaderes de les falses, o a lo menos, les ciertes de les inciertes, con namái manifestar les fontes d'una i otres. Voi Copiar les sos pallabres que merecen atención. Anuo Justini Junioris tertio, Leovigildus Luibae regis frater germanus a fratre superstite in regni societatem assumptus, citeriori Hispaniae praeficitur, qui Gosvintham Athanagildi viduam matrimoniu sibi junxisse dicitur, et provinciam gothorum, quae multorum rebellione fuerat inminuta, ad pristinos revocasse terminos. Joannes Abbas.

    Alii dicunt (reparar que nun diz quién, pero yá vimos los que son) uxovem habuisse Theodosiam filiam Severiani ducis Carthaginensis et Theodorae, ex qua sustulerit Hermenegildum et Recaredum. Dulde verisimile est eum alterum alteri superduxisse. Nam quod praedicti filii ex Gosvintha non sint, ex eo patet, quod Joannes Abbas, temporis illius scriptor, affirmat Leovigildum filio majori Hermenexildu et uxorenz et regni partem ad regnandum dedisse aneo regni sui undecimo, quo tempore ille, si ex Gosvintha natus esset, ut plurimum decem natum annos, non matrimoniu nec regno maturus esse poterat, atque hoc ita esse postea clarius constabit. Severianus ille Theodorici ostrogothorum et Italine regis, ut diximus, filios ex uxore Theodora inclyto gothorum regum sanguine prognata, suscepit hos filios, sanctum Leandrum et sanctum Isidorum archiepiscopos hispalenses, sanctum Fulgentium episcopum primum astigitanum, deinde carthaginensem (assí van malvándose les coses), Florentiam sanctarum virginum monasteriis praefectam. Breviarium Hispalense addit S. Braulium, Caesaraugustanum episcopum, virum multarum linguarum et Sacrae Scripturae peritissimum, et Justinam, quae quinquaginta sanctarum virginum monasteriis praefuit. Sei Justinam istam arbitrar esse eam quae aliis Florentia dicitur. Braulii vero, de quo in quintu concilio toletano dicemus, cum D. Isidori meminit, nihil tamen addit unde fratem ipsius fuisse colligamus. Sei nec ipse Braulius, sive Braulio in iis, quae Viris Illustribus divi Isidori, de ipso D. Isidoro, addidit, ullant bujus rei mentionem facit, neque ego arbitror illius fratrem fuisse, sei amicum plus quam fraterna charitate coniunctum. Hasta equí Juan Vaseo, que'l so contestu glosaría yo con notables alvertencies, si munches d'elles nun se vinieren a los güeyos polo que tengo dichu, i nun tarreciera yo allargar demasiadamente. Pero nun voi dexar de dicir que nun ye enforma qu'a esti xuicioso historiador non hiciesse fuercia l'autoridá del Breviariu de essa santa ilesia (...) Finalmente, anque se supiera determinadamente l'antigüedá del Breviariu que vio Vaseo, o la d'otru qualquiera que quiera producise, ye ciertu que sería posterior a los escritos de los historiadores que yo aliego pela mio parte i, consiguientemente, la so autoridá de menor pesu.

    Jean Vasée / Vasaeus (c. 1510-1561) est plus jeune que Resende ; il suit Clénard en Espagne, travaille près de F. Colomb, à Séville, vient à Évora faire visite à Clénard, passe à Salamanque où il enseigne -y grec, Le latin et la rhétorique, mais se laisse convaincre par Clénard de venir au Portugal : -y Cardinal-Infant Henri lui confie des responsabilités d'enseignement (1538-1550) à Braga et à Évora. (Andreas de Resende, un exemple portugais en europahumanistica.org). Tamién hubo un profesor de medicina de Salamanca con esi nome, pero que consta como francés (Jean Vasseau, Vassès o Vassé, Meaux 1486 - 1550, decanu en París ente 1532 y 1534 -CERL Thesaurus-).

  13. Michaud, op. cit.
  14. Encyclopædia Britannica (11th ed.). Cambridge University Press. Fonte citada en en:André de Resende
  15. Joseph Klucas, op. cit. La rellación con Resende señalóse como más amplia: Quand Resende arrive à Louvain, Clénard passe un an à Paris, où il enseigne -y grec et l'hébreu (1530-1531) ; revenant à Louvain, il reçoit visitar de Ferdinand Colomb qui l'convide à Séville. C'est Resende qui introduit -y fils du navigateur chez Clénard ; ce sera encore Resende qui, en 1533, viendra à Salamanque, où Clénard avait accepté un poste, pour convaincre son ami d'accepter l'invitation du roi du Portugal à venir y enseigner. À noter que Clénard, né vers 1494, a quelques années de plus que Resende ; sa vie sera plus brève, car il meurt à Grenade, Le 5 novembre 1542. (europahumanistica, web cit.)
  16. Cartulariu, op. cit., pg. 216.
  17. Hernando Colón y l'humanismu
  18. Wagner, 1995, op. cit.
  19. fr:Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique
  20. 1911 Edition of the Encyclopedia Britannica
  21. Clenardus and the Way Out of Islam
  22. Katholieke Hogeschool Leuven - Campus Clenardus.
  23. Katholieke Hogeschool Leuven - Students organisation.
  24. Dictionary of National Biography. London: Smith, Elder & Co. 1885–1900. Fonte citada en en:Paul Colomiès.
  25. Joannis Ludovici Vivis Valentini Opera omnia, distributa et ordinata in argumentorum classes praecipuas a Gregorio Majansio ... ; item Vita Vivis scripta ab eodem Majansio ... , in officina Benedicti Monfort, 1782, pg. 140.
  26. Edición de Fr. Foppens, 1695, seición X. Nicolas Clenard, Brabançon, pg. 285 y ss.
  27. Bibliotheca Hispana nova sive Hispanorum scriptorum qui ab anno MD ad MDCLXXXIV floruere notitia, Ibarra, 1788, pg. 371.
  28. Humilde, y Alta Fortuna, Discursu III del Tomu I.
  29. fr:Louis-Gabriel Michaud
  30. fr:Frédéric de Reiffenberg
  31. Il faut qu'on encourage l'étude de la littérature hébraïque, non seulement pour que l'on comprenne mieux -y texte de l'Ancien Testament, mais aussi afin que, parmi les chrétiens, on trouve au moins un certain nome d'hommes connaissant assez bien l'hébreu pour combattre, par la parole et par la plume, les superstitions du Talmud et les leçons de la synagogue.

    (...)

    Éclairez l'intelligence de vos adversaires. Ne brûlez nin les juifs nin leurs livres. Rendez les juifs chrétiens à l'aide de l'enseignement, et si leurs livres sont dangereux, ils sauront bien les brûler eux-mêmes. les apôtres ne faisaient violence à personne.

    (...)

    Voici [écrit-il en parlant du psautier de Nébio] comment je m'y suis pris, et apprenez ainsi ce que les Grecs entendaient par xune éducation autodidactique. S'il me souvient de mon Salluste, dès qu'on est attentif, tout va bien. Vous avez là, Clénard, mon ami, Le psautier complet de David; il est inutile d'attendre les pages qu'on doit vous envoyer de Venise et les effets des promesses de Bomberg. — Allons, lisez. — Impossible. — Lisez, vous dis-je. — Et comment, s'il vous plaît? Je n'ai encore vu de ma vie xune lettre d'arabe, et je pourrais être comparé à Mahomet dont on fait ce conte, c'est-à-dire cette histoire très véridique : L'ange Gabriel descendit vers, lui, et tenant ouvert -y Coran qu'il avait apporté du ciel, il lui commanda de -y lire. — Lire, je ne sais, répondit Mahomet; mais l'ange -y prit à la gorge et derechef lui enjoignit de lire. Gabriel ne -y lâchait pas et peu s'en fallut que -y bon Mahomet n'étouffât... Si je suis tout autrement fin que lui, il faut lui pardonner, il n'avait point vu -y psautier de Nébio, ce bien-heureux psautier qui m'a servi d'ouverture à l'étude de l'arabe. Voici comment : Je n'ignorais pas que les noms propres d'hommes et de femmes, de ^montagnes, de fleurs, de villes, etc., s'écrivent chez les Hébreux et les Chaldéens avec le même nome de syllabes et les mêmes lettres, quoi-que les Septante, comme l'repare très bien Josèphe, aient tâché, dans leur version, d'adoucir l'âpprêté de l'hébreu en se rapprochant de la délicatesse de la langue grecque, et que Onkelos et Jonathan aient asonsañé jusqu'à un certain point ces altérations de mots, même dans la traduction chaldéenne, ainsi qu'on -y voit dans la Bible de Pagnini. Si, par exemple, l'hébreu dit: Salemo, Mosé, ils écrivent, en chaldéen, Sélomé, Mosé, et non, comme les Grecs, Salomon, Mosès, Ils n'usent pas non plus de ces tropes si communs parmi diverses nations. Car, pour ne parler que de la Flandre et du Brabant, on y affecte xune certaine aphérèse, en coupant, sans façon, la tête aux mots Johannes, Jacobus, Bartholomaeus, dont on fait Hennen, Coppen, Meeus, métamorphose de noms qui ne se rencontre pas dans la traduction chaldéenne. Il ne me vint pas à l'esprit qu'elle pût être fort désespérante dans l'arabe, parce que je soupçonnais que cette langue s'écrivait à peu près comme l'hébreu, et qu'on la lisait également de droite à gauche, chose dont je n'étais pas sûr, tant, malgré ma grande curiosité, était grande mon ignorance. Ainsi, pendant qu'un écolier commence ordinairement par des principes fixes, je ne débutais point par apprendre la vraie prononciation et l'alphabet; mais, marchant de conjecture en conjecture, je me los mios à la découverte des caractères arabes.

    (...)

    J'ai passé [dit-il] deux ans à Paris, sans cesser d'y être étranger à mes propres yeux ; c'était -y temps où François I cultivait les lettres et introduisait la galanterie à sa cour. Je visitai ensuite l'Aquitaine avec le plus grand plaisir. L'heureux pays que la Touraine et toutes ces belles provinces qui s'étendent jusqu'aux Pyrénées ! En traversant les Cantabres, j'ai bien senti la vérité de cet adage vulgaire qu'en France, bon gré mal gré, on dépense son argent et qu'en Espagne on ne pourrait se procurer ce plaisir. C'est là qu'on peut apprendre à jeûner. Si quelque jour je fais des dialogues, je me promets bien d'y peindre les hôtelleries d'Espagne avec les couleurs qui leur conviennent. Un certain soir, arrivés bien les dans xune de ces curieuses auberges, nous n'avions qu'un seul verre pour mes compagnons et pour moi : mon ami Vasée (de Bruges) l'ayant brisé en -y laissant maladroitement tomber, nous fûmes tous réduits à l'état de Diogène et obligés de boire dans -y creux de nos mains.

    (...)

    Ah! ce n'est pas là ma patrie; ce ne sont pas l'attention, les soins et l'élégance de nos bonnes ménagères flamandes. Néanmoins, dans -y désir extrême de voir, je me fais aux mœurs portugaises. Je trouve quelques hommes qui sont venus s'établir ici au temps du roi Emmanuel. Oh! pour ceux-là, ce sont des citoyens du pulgue; avec eux, on ne croit jamais être hors de sa patrie.

    (...)

    Je crois qu'il y a, dans Lisbonne, plus de Maures et de nègres que de blonds, et ces noirs sont, en vérité, pires que des brutes. Respectable humanité! on accouple ici ces malheureux, hommes et femmes, comme on accouple les pigeons de notre patrie; ils peuplent d'une manière incroyable, et l'on trouve des pépinières d'esclaves dans toutes les maisons. La licence est ici à son comble. On dit que jadis, à Thèbes, Vénus était commune. Elle l'est bien autant en Portugal. Et mon imprudent frère n'en est pas fâché. les nouvelles découvertes aux Indes orientales, l'appât de l'or qui reflue ici des plages de Nabathée, la dissolution des mœurs et autres causes encore offrent sans cesse à Lisbonne des fortunes brilloses et des chutes rapides. C'est un tableau vivant qui vous représente, à chaque pas, un homme de néant au haut de la roue et des Crésus précipités dans la fange. Tout ce que je vois m'affermit dans la sagesse plus que tout ce que j'ai lu, et je n'ai jamais tant méprisé l'or que depuis que j'en possède. Jugez-en par l'aveu qui suit. Mes amis, je n'ai jamais tant soupiré après vous. Quand pourrai-je revoir mon cher Latomus, notre bon abbé Blosius, vous embrasser tous, ingrats, qui oubliez peut-être -y pauvre Clénard, relégué au bout du pulgue, tandis que vous devriez tomber aux genoux d'un des plus brillants seigneurs des rives du Tage?

    (...)

    Voulant faire un essai de l'intelligence des enfants, j'entrepris d'enseigner publiquement quelques marmots tellement étrangers à la langue latine qu'ils n'en avaient jamais ouï xune syllabe. Bientôt, j'eus la satisfaction de voir que, grâce à un exercice journalier, on m'entendait assez couramment et que les plus petits même babillaient en latin, eux qui n'en étaient pas encore à l'alphabet. Du reste, je me gardais bien d'offrir à mes jeunes élèves rien qui pût leur causer -y moindre dégoût; ce n'était pas par antiphrase que mon école se nommait "ludus", attendu que je m'y jouais véritablement... J'avais trois esclaves... Tant s'en faut que ce fussent de profonds grammairiens; seulement, ils avaient contracté chez moi l'habitude de me comprendre quand je parlais latin et de me répondre dans cet idiome, encore qu'ils péchassent contre les règles de Priscien. Je les menais dans ma classe, je les faisais dialoguer devant mes élèves et causer d'une multitude de sujets ; mon auditoire ne perdait pas xune parole et regardait comme un prodige un Africain parlant latin. - Allons, Longue-Dent, disais-je, saute. (Lui aussitôt de faire deux ou trois gambades, et les spectateurs de rire). — Toi, Noiraud, rampe. (Il se mettait à quatre pattes, et les rires ne finissaient pas). — Charbon, ayant reçu l'ordre de courir, obéissait à l'instant. Ainsi j'enseignais mille choses, moins de la voix que du xeste, et les mots, à la faveur de ce badinage, se gravaient d'eux-mêmes dans la mémoire des enfants. Au commencement -y moindre de mes soucis était de leur jeter à la tête les règles de la grammaire, très peu récréatives par elles-mêmes. Je m'appliquais plutôt à ne faire sortir de cette foule que des mots latins et à imiter les marchands qui apprennent par l'usage les langues des différentes contrées qu'ils visitent. Durant les premiers jours, je ne dictais rien. les yeux attachés sur leur maître, les écoliers accoutumaient leurs oreilles à entendre ses paroles. Se rencontrait-il quelque sentence, quelque adage susceptible d'être contenu en quelques lignes, il circulait aussitôt parmi mes disciples comme un objet qui passe d'une main dans l'autre. Pendant ce temps-là, j'exprimais la chose du xeste, car j'avais bien résolu d'éviter la solennité, Le faste dans l'enseignement, et de ne rien préparer d'meyora : tout ce qui s'offrait à moi servait de texte à mes leçons.

    (...)

    -yos livres hébreux que Bomberg imprime maintenant à Venise passent en Afrique, en Ethiopie, dans l'Inde, partout où les juifs ont des domiciles. Pourquoi mon Alcoran latin et arabe n'aurait-il pas -y même avantage et ne se répandrait-il pas chez toutes les nations musulmanes? J'ouvrirai xune nouvelle carrière aux connaissances humaines et â l'éloquence. Même à Louvain, vous ne faites plus que vous répéter. Moi, je révélerai les fruits inconnus de l'imagination des Arabes, je vous ferai connaître -y piquant délire de la Sunna.

    (...)

    Grand fut l'étonnement de ces hommes, écrivait [il à Latomus, lors] qu'ils entendirent un Flamand citer des fragments du Coran et parler leur langue plus correctement qu'eux-mêmes, parce que je l'avais apprise dans les livres. -y fait merveilleux d'un Flamand lisant, ecrivant et parlant l'arabe, me valut un tel concours de visiteurs que j'en fus importuné outre mesure. On m'amena même un jeune homme qui avait obtenu de grands succès dans les écoles de Fez. J'entrepris avec lui xune apueste sur certaines difficultés grammaticales, et je remportai la victoire.

    Vease'l testu orixinal llatín de dalgún d'estos testos: -Lege. -Non possum. -Lege, inquam... (63 Aux chrétiens 1540-1541, en Correspondance de Nicolas Clenard, Librairie Droz, ISBN 2600045872, pg. 209 y ss). ...docebit eum Vasseus velut alterum Diogenem cava manu bibere (pg. 219). Mancipiorum plena sunt omnia. Aethiopes et Mauri captivi, omnia obeunt munia, quo xenere hominum tam est referta Lusitania, ut credam Ulyssipone plures esse huiusmodi servos, et servas, quam sint liberi Lusitani... (pg. 54)

  32. en:Victor Chauvin
  33. Biblioteca Nacional Dixital (Portugal).